Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a parti à prendre, partout, sur tout. Il y a avis à donner, opinion à dire, tripes à mettre sur la table. Exprimer sa liberté.

L’AMI RESSUSCITE

Publié le 16 Mai 2009 par Vincent Schlegel in Amour

 

Vous est -il déjà arrivé qu’un de vos plus proches amis, mort depuis 17 ans, ressuscite ? Non, bien sûr. C’est très, très rare. Eh bien, moi, ça vient de m’arriver, lundi dernier.

 

Un garçon brillant, compliqué, malheureux, cultivé, drôlissime, désespéré, disparaît. Pour tout le monde, il a pris la poudre d’escampette. Il s’est volatilisé, ventilé, dispersé. Il est mort : peut-être effectivement. Ou mort pour vous, pour sa famille, ses enfants, ses amis, les gens qui l’aiment ou qui l’ont aimé. En faisant le mort. Vous, vous avez 36 ans. Vous venez de divorcer, vous venez de vous faire virer de votre job. Tout va normalement. Votre pote, lui, voit les choses très différemment. Il en est à peu près au même niveau de succès que vous. Mais au lieu de s’embêter à reprendre tout à zéro, à se dire : « Mais comment vais-je faire ? Que vais-je faire ? Qui va m’aimer ? Comment vais-je prendre ma part dans l’éducation de mes enfants ? », lui, il se dit : « Je m’en vais ». Et il disparaît du monde. Vous le cherchez. Vous vous dîtes : s’il n’a pas choisi le pire, il s’est enfoncé dans une rue sombre, s’est caché. La rue ? Un petit interstice pour se blottir, à Paris, ou Nice, ou Pointe-à-Pitre, ou nulle part ?  L’incroyable parenthèse. Pendant 17 ans, j’ai vérifié dans tous les groupes de SDF que je croisais s’il n’y était pas. C’est dire si j’ai pensé à lui, ces dernières années.

Et puis, lundi : « Bruno M. vous a envoyé un message sur Facebook... ». Le cadavre exquis, ce n’est pas celui qui s’étale en dessous de ce post. C’est lui. Il y a des joies tellement inattendues. Un peu hallucinées, en suspension. Des sensations rarissimes.

J’ai vu Bruno.  He is alive and living in Paris. Il veut retisser le lien, reconstruire une vie, inventer une relation avec des enfants qui ont poussé, superbement, sans lui. Ré-exister.

Commenter cet article

Aline 27/04/2010 16:17



Peut-on fêter une "résurrection", comme on fête une naissance ? Mais une résurrection n'est-elle pas, après-tout, une RE-naissance ? Voilà un an...un an qu'Il est ressuscité, réapparu,
revenu, resté...et surtout pas reparti. Un an...à apprendre à connaître ce frère que je connaissais si mal ou si peu, avec qui je n'avais pratiquement pas vécu ou partagé des souvenirs
d'enfance ...Un an de larmes, de doutes, de regrets, d'inquiétudes, d'angoisses même, un an à se poser mille questions, à culpabiliser, à en vouloir à la terre entière ou à une seule et même
personne, peut-être deux...mais - surtout et avant-tout - un an...de rires, de fous-rires, de regards complices, de moqueries et d'auto-dérisions. Un an...de mojitos bus en cachette, de canettes
de bière vides dont on se débarasse dans les poubelles d'un supermarché mauricien, d'invitations sous un pseudonyme aux projections de presse ou d'avant-premières théâtrales parisiennes, de
dîners -radis, pâtes au jambon - dont je repars avec un tupperware plein pour au moins 4 jours, de bonbons Haribo en forme de bouteille de coca (de loin mes préférés).Un an... de
confidences, de soutien, d'humour et de réparties d'où on ne sait où Il les trouve, de 'je serai toujours là pour toi', de vérités enfin étalées qui ne nous font plus peur, un an... de textos
échangés remplis d'affection, de tendresse et de mots d'amours, indéfectibles fils rouges de notre relation enfin retrouvée...Un an...qui vaut 'mille fois' les 17 années ' passées. Parfois,
je me demande, si - moi aussi - je ne devrais pas partir pendant 17 ans...A.



Vincent Schlegel 27/04/2010 18:32



Comme elle est gentille soeur, cette Aline. Il en a de la chance, le ressucité. Oui, faisons une teuf pour cette année sans redépart... Bises de V qui n'a rien écrit sur son blog depuis bien
longtemps....



axel 01/06/2009 10:57

tout simplement magnifique.Il y a sans doute d'autres jolies histoires, mais c'est le premier texte de mes lectures.

Aline 19/05/2009 17:37

17 ans...c'est long, très long et les années passent si vite... 17 ans à penser à lui, à le chercher du regard, à se demander où il est, comment il va, comment il vit, s'il a refait sa vie, s'il reviendra, si tu le reconnaîtras...Et un 1er avril, message sur Facebook que tu imagines "poisson"... Il est revenu et tu l'as reconnu...17 ans comme si c'était hier...Aline, sa soeur

Vincent Schlegel 19/05/2009 18:10


Merci, Aline de ton message et de venir sur cet espace éclairé de joie.


estelle 19/05/2009 15:06

Alors je serai la seule à n'avoir pas cherché Bruno, entre deux rails de chemin de fer, blotti contre un réverbère sauvage, au coeur d'un groupe errant, dans les plus noirs recoins du monde. Alors je serai la seule à qui ait échappé cette fuite. Pourtant j'en connais des Bruno, des disparus de la vie, qu'on ne sait plus où trouver. Et tous ces Bruno, je les ai cherchés, entre les rails, blottis contre, au coeur de, dans les plus... J'en ai retrouvé quelques uns qui ne s'étaitent pas enfuis : l'enfuie c'était moi  ! pas de ma famille, de mes enfants, non, enfuie d'une autre histoire, d'un temps perdu, où l'on ne se voyait plus, silence radio. Mais qu'est ce que tu es devenue tout ce temps ? Je me suis alors aperçue que j'avais disparu.

schlegel 18/05/2009 11:42

Tu vois frérot ce moment inespéré c'est comme un point lumineux qui re-pénètre dans l'atmosphère terrestre, Bruno est revenu de nulle-part et c'est vraiment lui. Il y a bien deux dizaines d'années, avenue "Bugeaud-La Mauny" on se voyait très souvent et nous rigolions aussi. Pour le jour de mon anniversaire ce genre de retour magique n'est pas le moindre des cadeaux pour moi. Quand tu le reverras serre lui fort la pince de ma part et dis lui à bientôt.François.