Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a parti à prendre, partout, sur tout. Il y a avis à donner, opinion à dire, tripes à mettre sur la table. Exprimer sa liberté.

ÇA CRAQUE, VOUS NE TROUVEZ PAS ?

Publié le 13 Mars 2011 par Vincent Schlegel in Rage

 

 

 

On vit une époque étrange. Et si nos petits problèmes n’ont rien de commun avec le cataclysme nippon qui, j’en conviens, inviterait à tout relativiser (mais dès lors, qu’est ce qui a vraiment de l’importance ?), j’entends craquer de partout notre société et nos certitudes. Ou alors, nous sortons d’une torpeur, d’une rêvasserie collective.

 

Ma(ur)rasmes


Joystick.jpgLe pays légal et le pays réel, ce vieux distinguo … Le barbichu de Martigues prend une deuxième revanche. Pays réel, qui souffre, qui se convulse et pan, qui s’amarine. Pays réel avec tant d’histoire, de racines, de consistance.  Pays légal, avec des lois qu’on invente et qu’on vote comme autant de messages à un peuple qui n’en peut plus, avec l’affichage médiatique, la Saint-Nicolas permanente et ses cadeaux de petite semaine : pays virtuel, bientôt, dans l’Europe de M. Van Rompuy, dans la mondialisation malheureuse. Les lois sans décret d’application, sans transcription dans la réalité. L’illusion comique du pouvoir, les machines à penser qui ne pensent plus à rien, les « think-tanks », citernes inutiles qui sonnent creux. Steel bands, plutôt.  

 Maurras qui s'est si dramatiquement trompé, souvent, avait vu clair dans l’avant-guerre quand la gesticulation politique et l’esprit de Munich emmenaient la France vers le néant. La guerre a jeté le pays dans une terrible réalité, et ses lois ont volé en éclat. Les Trente Glorieuses, ensuite, ont été elles aussi une période de vraie réalité avec l’invention d’une nouvelle République, c'est-à-dire d'une façon de vivre ensemble appropriée à l’époque et s’inscrivant dans l’histoire vécue,  avec  le miracle de la croissance, avec une redéfinition de l'espace politique français, avec une réelle capacité d'assimilation. Puis la réalité s’est estompée, gommée certains jours d’utopie dans le si beau printemps de 68. Comme si, dès que le confort s’installe, la communauté devait se déliter, mille Nord aimantant mille boussoles.  Nous sortons des Trente Indignes. M. DSK, de Washington, son joy stick en main, actionne le grand jeu vidéo de la pitrerie solférinesque, loin, si loin du peuple. Et la « droite de gouvernement » fait semblant de gouverner un pays qui lui échappe, à coup de débats imbéciles qui lèvent des lièvres après lesquels on s'époumonne à courir, à coup de coups de pub cousus de fil blanc, de reportages dans Voici, d’indécence. Ce qui se passe est terrible.

 

XV virtuel, XV réel : du piédestal à la déculottée


Le rugby. Il était crotté, il rocaillait comme une voix du terroir. Son Europe, celle des peuples,  mariait le poulet51IYFP1tJUL._SL500_AA300_.jpg basquaise et la garbure gasconne au yorkshire pudding et au stout embrumé. Il est aujourd’hui transformé en une course à l’armement bodybuildée, aux contrats mirifiques. A l’internationale marketing qui donne aux athlètes un avatar médiatique qui joue leur propre rôle, mais magnifiés, ne conservant que deux ou trois traits de leur personnalité, comme si leur part humaine avait disparu, ne gardant visible qu’une représentation sur laquelle les marques projettent leur fantasme.

La défaite, hier, de ces pantins mythiques, mités, miteux,  chez des Italiens courageux et pleins d’envie les a fait tomber de leur Olympe.

Commenter cet article

agapanthe 16/03/2011 16:42



Vincent, je ne comprends rien à votre billet ! D'habitude oui, même si je ne suis pas d'accord. Là, j'ai m'impression que vous vous êtes retenu. Est-ce à cause de la tectonique, sorte de syndrome
nippon, qui nous donnerait à tous de la réserve ? Nous laissant au bord de nous-même comme à celui d'une crevasse plus ou moins irradiée... un ami japonais me disait hier depuis
Tokyo qu'il espérait juste que son pays sorte plus fort de l'épreuve.. Pensez-vous que tel miracle de sagesse pourrait nous arrriver ?



Vincent Schlegel 16/03/2011 22:36



Bonjour Agapanthe


Ce billet a été écrit dimanche, avant que l'accident japonais ne devienne une catastrophe et que, derrière nos écrans nous devenions à notre tour souffrants, blessés, unifiés par cette terreur.
Et que mon émoi hexagonal ne devienne bien relatif.


Je ne me retiens pas et je ne vois pas ce que vous ne comprenez pas ! Mon histoire de divorce effectif entre le pays réel et le pays légal me semble assez claire : on dirait que plus personne,
parmi ceux qui ont eu le pouvoir ces cinquante dernières années, ne prend correctement en charge les vrais problèmes des vrais gens. Entre la cécité angélique d’un PS donneur de leçon et
 la poudre de perlimpinpin gesticulatoire des sarkozystes amateurs de débats foireux de l’autre,  Mme Le Pen fait sa pelote en parlant, à hauteur d’homme, à la
« France d’en face » (celle qui est ni d’en bas, ni d’en haut), en lui disant ce qu’elle a envie d’entendre. Les prochaines semaines vont nous permettre de mesurer s’il y a lieu de
s’inquiéter autant que moi…



Alexandre Moatti 14/03/2011 08:28



Oui on n'a plus le même plaisir à voir à la télé "le tournoi des six nations" (très "marchandisé") que celui qu'on avait à voir "le tournoi des cinq nations". le sport-business a rattrapé le
rugby aussi.



Vincent Schlegel 14/03/2011 08:30



Tout fout le camp, je vous dis. Et s'il n'y avait que le rugby, mon cher Alexandre...