Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a parti à prendre, partout, sur tout. Il y a avis à donner, opinion à dire, tripes à mettre sur la table. Exprimer sa liberté.

DEUX OU TROIS CHOSES QUE M’INSPIRENT LES ÉVÉNEMENTS

Publié le 26 Mars 2012 par Vincent Schlegel

 

Candidats à l’inauguration des chrysanthèmes

Mais qu’ont-ils été faire aux obsèques des militaires assassinés, ces six candidats à laIdees-noires.jpg présidence de la République ? Que Sarkozy y soit allé comme président, et comme responsable de la gestion de la crise née de cette tuerie, c’est normal. Mais les autres ? Que représentent-ils ? Leur hommage importe-t-il aux familles des soldats ? Les réconfortera-t-il ? Hollande, qui depuis quelques semaines, se présente avec assurance comme un président-bis. Et parlerait presque au nom de la nation, chaperonné par sa compagne à l’air pénétré. On ne serait pas dans cette séquence, ce serait peut-être risible. Bayrou, qui aurait mieux fait de se taire (il va s’en mordre les doigts). Madame Joly, qui va mettre un peu de sel et de vinaigre sur les plaies qui veulent se refermer. Madame Le Pen-Sans-Gêne tout à son aise au milieu de ce malheur… Au moins, Mélenchon, cette réincarnation des tribuns d’avant la fuite en avant télévisée, n’y était-il pas.

 

Duflot, la morgue par essence

Madame Duflot a indiqué « qu’on ne parle pas ainsi aux enfants » en critiquant la façon dont Sarkozy s’était adressé à des écoliers à l’occasion de la minute de silence. Madame Duflot sait comment on parle aux enfants, et ce qu’il convient de faire pour les protéger des traumatismes. N’a-t-elle pas appelé sa fille « Térébentine »  (sans « h » après le deuxième « t » pour faire plus chic)?

 

Une déconnexion inquiétante

Que Bayrou, cet imprudent donneur de leçons, à l’affût des failles dans le fonctionnement de Sarkozy, ait attaqué bille en tête, dès le massacre de l’école,  sur le climat délétère (nauséabond, comme disent les aficionados du « dérapage » et du pinçage de nez) créé par la politique du sortant, que Hollande ait embrayé sur la nécessité urgente de remettre du « bien vivre ensemble » dans la société, révèle une chose assez terrible : aucun de ces deux candidats à la magistrature suprême n’a un seul pote dans les services qui ait pu le prévenir de ne pas raconter de conneries, et qu’il s’agissait d’un acte terroriste.

Commenter cet article

Mâm Co 26/03/2012 20:27


Récupération, populisme... Nos politiques, tous bords confondus, en bons manipulateurs narcissiques, ne ratent aucune occasion pour tenter une "belle phrase", un "upercut électoral", un "hold-up
intellectuel"... Tout ça a un effet abrutissant, limite émétique, qui a réussi le plus beau coup de la démocratie, que nous prétendons défendre contre l'ignorance et l'obscurantisme (parfois
religieux) : la contagion abstentionniste.


C'est pathétique... Ces gens ne méritent pas nos voix mais malheureusement, on ne peut pas élire "vote blanc" !


Je vais demander l'asile politique à Euro Disney, tiens...

Vincent Schlegel 26/03/2012 21:58



Eh eh ma Coco. Fais gaffe, tu as déjà les oreilles qui poussent...