Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a parti à prendre, partout, sur tout. Il y a avis à donner, opinion à dire, tripes à mettre sur la table. Exprimer sa liberté.

DU COTON DANS LES OREILLES

Publié le 23 Juillet 2010 par Vincent Schlegel in Rage

 

IMG 0676
A l'Ile d'Yeu, on a moins de raisons de vociférer. Je vous avais raconté, l’an dernier sur ce blog, à quel point, ici, on n’avait pas besoin d’être drôle, pas besoin d’instaurer cette distance avec le monde, avec l’humanité qu’on c ôtoie, moins besoin de se blinder. On a juste à respirer, regarder, sentir. Et l’on reçoit d’outre-mer, assourdie, filtrée, l’information.

 

Deux ou trois choses :

- Les Woerth : the worst

- Bettencourt, ça ira mieux.

- Ribéry, Benzema, mis en examen. Autrefois, en fait d’examen, on leur eût administré le  test de la syphilis. On eût rigolé, surtout : lazzis mineurs.

- Mon antienne sur l’équipe de France de football : ce n’est pas l’équipe de France de football. C’est l’équipe de la France du football. Pas joli joli.

- Contador va gagner le Tour, brindille de fausse viande et de faux os, développant plus de watts que j'ai de coton dans les oreilles. Contador, qu'on te hait!

- Eva Joly a traité Philippe Courroye de « procureur aux ordres ». Je ne sais pas si c’est vrai. Mais c’est étonnant à quel point quand un spécialiste intègre, reconnu, adulé, en l’espèce, incorruptible, se met à faire de la politique, tout ce qu’il dit devient suspect, son capital de crédit s’effrite, sa substance se délite. Son personnage, construit avec effort, par des actes qui forcent le respect, par des prises de positions qui l’honorent est attaqué à l’acide. Prenez Bernard K : il ne dit plus rien de peur, s’il ouvre la bouche, que ce qui lui reste de prestige se dissolve. Un qui s’en fout : David Douillet. Il a très vite su comment pervertir son image. Et nous aussi, on s’en fout.

- Obama n’est plus noir. Il est juste un président des Etats-Unis englué dans un mandat épouvantable. Obama n’était que noir et ça le protégeait contre tout, ça donnait tous les espoirs à ceux qui pensaient que le monde était devenu magique puisqu’un noir avait été élu président des Etats -Unis. Dieu sait si, en France, ils ont été nombreux à croire au miracle. Vous vous rendez compte, pour ce type, ce que c’est que d’avoir été élu pour la couleur de sa peau, et non pour ce qu’il est, profondément, derrière sa peau ? D’ailleurs qu’y a-t-il derrière sa peau ? Kennedy ou Carter ?

 

 

 

 

Commenter cet article

françois 12/08/2010 16:21



A l'île d'yeu le temps passe si vite, c'est éttonant, peut-être n'y sommes nous jamais allé réellement ? je crois que de l'île d'Yeu, on a que des souvenirs...



Vincent Schlegel 12/08/2010 21:56



Comme on n'y est rarement plus d'un mois, ce que je viens d'expérimenter, on a rarement moins de 11 mois pour y penser, et donc s'en souvenir. Compte ce que ça fait de mois, mon Yaye, depuis que
l'on y va ... 407 mois à s'en souvenir...