Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a parti à prendre, partout, sur tout. Il y a avis à donner, opinion à dire, tripes à mettre sur la table. Exprimer sa liberté.

THROMBINOSCOPE : L’ENGORGEMENT DU SPECTACLE DE SOI

Publié le 24 Mai 2010 par Vincent Schlegel in Rage

 

Etre sur F280px-Facebook.svg.pngacebook, c’est être. Twitter, c’est vivre. Mais quel être, mais quelle vie ?  Comme utilisateur moyen du seul Facebook, comme ami, comme père, frère, oncle, cousin, ex-condisciple, j’y ai la production paresseuse du dilettante qui a juste ajouté à son arc social la possibilité de décocher vivement, en deux mots, des traits rapides, à-propos. Et comme quinquagénaire, j’y ai ressenti les délices  de la nostalgie, de la recherche de personnes dans l’intérêt de soi-même. J’ai retrouvé des amis chers grâce à Facebook. Bruno, par exemple, dont on vient de fêter le premier anniversaire du retour parmi nous. En gros, je suis moyen en Facebook.


Si je suis moyen, d’autres sont bons, ou sont plus forts, ou sont à fond, ou sont plus intensément. Mes vagabondages dans ces foules mouvantes d’êtres en état de communication, enchaînés les uns aux autres, et mon voyeurisme naturel m’ont amené à déceler  une sorte de T.O.C. qui conduit certains, dix fois, vingt fois par jour à laisser des traces sur le réseau. J’ai essayé d’identifier les dimensions de cette aliénation plus ou moins grave.

Une addiction : c’est une évidence. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. La solitude, l’entourage, la faiblesse, le vide de valeurs, conduisent à cette dépendance d’un paradis artificiel. Un univers qui vous échappe, qui vous soumet  mais dans lequel, Baudelaire au petit pied,  vous vous mouvez avec agilité dans l’illusion de la liberté et vous en faites (hélas ?) profiter les copains.

Une désintégration de son être social : c’est grave. J’ai remarqué cette folie qui consiste, pour certains, à dire toutes les heures où ils sont, ce qu’ils font. Ils prennent un chocolat ici, sortent d’une réunion là, vont au cinéma. Ils croient avoir un pouvoir : celui de vous emmener, vous, leurs 568 amis distraits, tels les rats en troupeau  derrière le joueur de flûte de Hamelin. En fait, vous n’avez rien à secouer de leurs pérégrinations miteuses. Eux, ils se sont juste désintégrés, se sont éparpillés au long de la journée. Au lieu d’avoir été le centre du monde, comme ils le croient, ils ont envoyé, toute la journée, des petits SOS avec leur petite balise « Egos », et donné l’adresse des petits bouts d’eux-mêmes qu’ils ont semés.  Ils sont en mille morceaux.

Une décristallisation : on perd sa substance.  Pas loin de ce qui précède, mais plus dans la tête et dans la relation avec  l’autre. Vouloir faire partager les idées, les bons plans, les souvenirs, c’est une façon de rayonner. Et rayonner, comme le soleil, c’est s’alléger. C’est joli tant que le rayonnement est naturel et que l’être par ailleurs se nourrit ou se régénère  pour compenser cette perte en ligne. Certains ont l’air de s’appauvrir en se séparant d’eux-mêmes, en livrant leurs secrets, leurs photos de famille sans intérêt, les portraits de leur grand-tante, de se diminuer à force de faire les intéressants.

Les e-avatars : schizos, menteurs, faux-culs. C’est dur de n’être que soi quand la technologie, la virtualité du lien, la révision fastoche de sa propre histoire (au sens du révisionnisme) permettent de se créer un faux vrai personnage. L’autre jour, à l’occasion d’un apéro géant à Nantes convoqué par Facebook, et qui voyait ces êtres virtuels s’incarner en des milliers de personnes, un participant interrogé convenait qu’offrir à ses « amis » son vrai visage, ses vraies disgrâces obligeait à descendre du petit piédestal sur lequel on se juche un peu volontiers…  Un avatar se sentant libéré de son enveloppe d’origine, celle qui vous plombe, il construit un être ultra-social artificiel. Ce qui se passait dans le vase clos et tordu de Second Life (mais au moins, on était prévenu) se passe dans le monde beaucoup moins virtuel de Facebook où l’on est, en principe soi-même, et où l’on vit, en principe, dans le vrai monde.

La frénésie d’appartenance : en être, absolument. Comme on n’appartient plus à une classe, à un syndicat, à un parti, à sa famille, il est légitime qu’en tant qu’animal social, on ait envie d’appartenir à des cercles choisis. Donc on se met à démultiplier ses participations à des groupes variés, structurés par une idée, un amour exclusif, un tropisme partagé , qui vont de la communauté de fans aux confréries d’amateurs de jambon persillé, des monômes potaches aux cénacles pétitionnistes et bêlants ou plus grave, aux nouvelles ligues de vertu dont le virus se répand comme autrefois la peste.

La chamfortisation généralisée : ah, les maximes, les avis tranchés, les sentences définitives ! Nos pensées profondes dans le meilleur des cas, nos exaspérations de comptoir la plupart du temps, nous transforment en moralistes haranguant les foules de notre cathèdre  digitale. Bon, j’ai gardé ce phénomène pour la fin. Parmi tous ceux que j’ai évoqués, c’est celui auquel, ici comme ailleurs, ma véhémence m’associe. Nobody’s perfect.

 

 

 

 

Commenter cet article

Bruno 26/05/2010 16:34



Chouette Vincent tu recommences à produire !


Tu vois pour moi Facebook n'est qu'un outil de communication qui à l'instar du mobile provoque des déviances. Porte-t-on plainte contre Orange lorsque ayant oublié son mobile le matin,
nous nous sentons coupés du monde numérique, orphelins, oubliés des autres ? Non et tant mieux pour France Telecom...


En fait, s'entourer de potes, aller boire des coups, faire des babyfoots, c'est un peu plus dure maintenant dans cette période où le stress est une composante de notre mode de vie.


Stress de se faire chopper par les flics, stress de passer pour un feignant, stress , stress, stress... Alors on s'"avatardit", on se dématérialise, on vit en cloud.


Pourquoi ? Parce que c'est moins risqué !


Est-ce le mobile qui créé de la dépendance, facebook, twitter ou bien existait-elle (non satisfaite) avant ?


Qui de la poule ou de l'oeuf...


 



Vincent Schlegel 26/05/2010 22:46



Chouette, Bruno, tu es là. C'est vrai que c'est moelleux, un avatar. Pour se rencogner quelque part dans les nimbes du web, dans un coin tranquille, bien tranquille...



agapanthe92@gmail.com 25/05/2010 15:19



Avatar vous même ! vous n'avez pas vu votre tête sur la photo de votre blog !!! Avec ça qu'avatar ça m'va,
va, si on va par là ! car avatar que jamais...


Et d'ailleurs, vous avez vu Avatar, en 3 D, au Max Linder refait à neuf, au 1er rang de balcon ? moi oui... depuis, je rêve de ces beaux êtres bleus (sans américains sauveurs de mondes),
chevauchant leurs dragons avec grâce (ah ! comme nous chevauchons mal les nôtres, qui sommes pourtant de toutes les dimensions connues...). longtemps, j'ai rêvé d'adopter un marsupilami. j'ai
changé...maintenant, je voudrais un avatar bleu, couché à mes pieds...


Mais je n'ai aucune envie, croyez moi, de rencontrer, même dans un champ de pastaga sauvage, Mimile425, ni Shalimarn°5, ni Coeuràprendreouàlaisser76 qui se cache derrière son petit doigt.
j'en ai croisé de ces gens-là sur le propre site de mon mouvement politique qui n'osaient dire leur nom. Peut-être l'un d'entre eux était-il le sénateur maire de quelque part, trompant son propre
camp en venant polliniser le mien ?



Vincent Schlegel 25/05/2010 16:15



Arrrrrghhhhhhh je suis démasqué!



agapanthe 25/05/2010 08:54



Ce qu'il y a de bien avec vous, Vincent, c'est qu'on n'a pas besoin d'écrire ce qu'on pense : vous le faites à notre place. Nous reste juste à nous éparpiller sur les réseaux (plus ou moins)
sociaux avec des balises "egos" sous les yeux, à twi(s)ter tristement tous en choeur, à copaind'avancer (pas bien loin ni vite), à viadeosciller d'un bord à l'autre. Non, je noterai seulement,
avec un plaisir non dissimulé, que vous, au moins, vous n'avez pas de relations "aux" autres, mais "avec" les autres.... c'est toujours ça de pris sur cet ennemi que nous avons (en partie)
en commun ! Dites donc, on ne vous lisait pas beaucoup ces temps-ci ! il n'est pas très social votre réseau...



Vincent Schlegel 25/05/2010 09:03



Anti-sociaaaaaaaaaaaaaaal ! Ah, Trust ! Pour votre info, Agapanthe, qui restez mon seul lecteur avatar, j'ai failli laisser traîner la "relation aux autres" que vous eussiez relevée. Je me suis
repris.


A bientôt


 



Jean-Philippe 24/05/2010 21:54



Le sujet serait-il dans l'air du temps : http://www.lemonde.fr/technologies/article_interactif/2010/05/24/j-ai-decouvert-le-controle-social-avec-facebook_1362418_651865.html


Et les gens, les autres, se cherchent sur le réseau pour faire des apéros et boire des coups. Nous n'avons jamais fait ça pour un coup de blanc Vincent n'est-ce pas ?



Vincent Schlegel 24/05/2010 22:26



Intéressant! Mais je n'ai vu personne noter cette espèce de TOC. Aller 20 fois sur Facebook chaque jour comme on se lave 20 fois les mains...


T'as raison, pour les apéros, nous,  on s'appelle par la fenêtre, on se sonne, on se cogne à la porte. Au pire, on s'envoie un mail... Et on finit par se voir...