Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a parti à prendre, partout, sur tout. Il y a avis à donner, opinion à dire, tripes à mettre sur la table. Exprimer sa liberté.

TO BLOG OR NOT TO BLOG ?

Publié le 6 Mai 2011 par Vincent Schlegel in Rage

caspar10.jpg

 

Un blog pour exprimer sa liberté ? Pour quoi faire ? Je n’ai eu, ces dernières semaines, ni l’envie, ni l’énergie d’alimenter ma chronique. Il se passe un truc, en ce moment, qui fait de ma petite lutte un peu dilettante, un peu égoïste, un peu hussarde, un combat d’arrière-garde. Elle s’accommode tellement mal de cette ambiance crépusculaire qu'elle me semble devenir illisible. La polémique est à la mode, fait de l'audience, même aux heures de grande écoute : elle se normalise, elle devient un produit marketé et peu importe qu'on envoie au casse-pipe les polémistes. 

 

Où est la frontière entre ce qui est utile et ce qui ne l’est pas ? Où est la limite de la lutte contre le politiquement correct ? Où commence la zone de danger dans le lancer du boomerang ?

 

Ce que je ressens, c’est que la dénonciation de la chape de béton qui recouvre notre société, prévue pour étouffer le peuple quand il s’exprime, y compris par le vote démocratique, sarcophage qui l’enserre comme on claquemure un réacteur nucléaire devenu fou, irradiant d’idées néfastes (le bon sens, la tradition, la croyance dans le progrès, etc.)  l’écosystème qu’on veut nous imposer, c’est que cette dénonciation devient contreproductive.

 

Parce que le système immunitaire de la médiacratie (Edwy Rictus Plenel, Joffrin, Domenach, Apathie, Amar, Durand et consorts) produit à une vitesse et avec une vigueur vertigineuses des anti-corps capables de s’attaquer à tout contestataire (Zemmour, Ménard, etc.), de puissamment le calomnier, de fortement le secouer. De le rêver mort. Ou de l’outer « facho », ce qui revient à le tuer. Un point Godwin à zéro, circulez.

 

Bon, pour nous remettre en forme, après deux mois de mutisme désespéré, contentons nous de débats picrocholins : l’élection présidentielle, le foot.

 

Un messie

Reviendra-t-il ? Nous sauvera-t-il de la sarkozite et de la marinade ? En attendant de répondre, il envoie ses apôtres parler pour lui, singes en bouches d’or, caïmans bouches cousues du marigot gauche. Chacun avec une version de son évangile. Chacun ratissant  autour de lui, chacun avec sa nuance, sa clientèle, sa tribu. Impressionnant.  Et pittoresque. Valse de Strauss, festival de Kahn.

 

Discrimination

On y est. Le choc de la France avec la France du football a eu lieu. Je maintiens intégralement ce que j’écrivais dans mon article du 18 août 2010 sur ce blog. Mais je me demande, avec un petit moins de morgue et d’esprit de classe, comment on peut dire à un petit bonhomme de 12 ans, brillantissime au foot, qu’il ne rejoindra jamais l’élite de son sport pour des raisons d’origine. Fût-ce parce qu’il a seulement envie de gagner beaucoup d’argent et se payer une Porsche Panamera comme les amis de M. le Messie.

Commenter cet article

Romain 08/05/2011 15:56


Noircir le tableau masque les points lumineux. Il nous reste après tout la liberté d'expression, la philosophie, l'amour, la musique, les enfants, le rire, l'imagination, la parole, la
compréhension, l'interrogation. Nos vies physiques ne sont pas menacées, sont même surprotégées. Les trois quarts des habitants de ce monde jalousent notre petit pays à l'aura déclinante. Alors
relativisons et profitons de ce que nous méritons, tant que nous en avons les moyens...


Vincent Schlegel 08/05/2011 16:17



Tu as sans doute raison!